Priorites

Pour remédier à la situation explicitée dans la partie contexte, il faut en urgence satisfaire la demande des entreprises du bâtiment en perfectionnant leurs cadres mais aussi en créant un nouveau cursus universitaire professionnel pour les étudiants.

LPEB-30X30 But du projet 

Contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique en mobilisant l’ingénierie de formation pour opérationnaliser les actions nécessaires pour le développement de l’efficacité énergétique.

LPEB-30X30 Objectifs spécifiques

  • Pallier le déficit de qualification sur les niveaux intermédiaires (chef de chantier, technicien de bureau d’étude) en améliorant l’employabilité des étudiants et en perfectionnant les cadres des entreprises.
  • Accompagner une profonde mutation des pratiques professionnelles par le déploiement d’un dispositif modulaire complet couvrant de manière transversale tous les besoins de formation initiale et continue dans les métiers du bâtiment impactés par la transition énergétique et accessible en FOAD à partir de ressources numériques.
  • Professionnaliser des programmes d’enseignement dans les domaines du génie climatique et de l’énergie en conformité avec le processus de Bologne et le Cadre Européen des Certifications (CEC) et les délocaliser pour partie en entreprise.
  • Créer une licence professionnelle (accessible en FOAD) pour la performance énergétique et environnementale des bâtiments, perfectionner 25 professeurs en UE, numériser les cours et ressources pédagogiques, créer un pôle d’excellence centre de ressources pour la performance énergétique et former sur ce nouveau cursus au moins 160 étudiants en présentiel et/ou à distance dans chacune des régions.
  • Créer un dispositif modulaire de FTLV, transversal aux métiers du bâtiment pour la performance énergétique, accessible en FOAD à partir de ressources pédagogiques numériques et former 50 professionnels dans chacune des régions.

Pour atteindre ces objectifs spécifiques, il faudra veiller à :

  • Avoir une approche globale décloisonnante dans les métiers du bâtiment impactés par la transition énergétique.
  • Ancrer fortement la formation avec et dans les entreprises.
  • Doter les universités chefs de file d’une plateforme technologique dédiée aux questions énergétiques du bâtiment (dispositifs de laboratoire et installations en vraie grandeur).
  • Pouvoir proposer des parcours individualisés à chaque salarié et étudiant et donc que les formations puissent être accessibles en présentiel et à distance pour prendre en compte leurs contraintes de disponibilité et d’éloignement des universités.
  • Pouvoir valider les expériences professionnelles et sécuriser les parcours de formation par la capitalisation d’ECTS.
  • Perfectionner les professeurs sur leurs compétences d’analyse des métiers et rénovation des cursus, sur les disciplines nouvelles résultants des compétences attendues par les entreprises et à la pratique des TIC dans leurs cours.
  • Développer l’esprit entrepreneurial des étudiants pour qu’ils puissent bénéficier des opportunités de création d’entreprises dans le bâtiment.